Mikel Dalbret

De temps en temps et avec passion, Mikele Dalbret (Susa, Tunis, 1941) peignait le dimanche, chaque fois qu'il en avait le temps. Mais à la fin le passe-temps a prévalu, il étudia alors avec le maître Vandervinck la rénovation de peintures anciennes, à Paris. En même temps il a continué à travailler et à développer sa propre création. En 1977, il commence à organiser ses premières expositions personneles. Dès lors, il décide d'être un peintre à part entière. En 1985, il cesse de travailler comme ingénieur mais poursuit le travail de restauration de peintures anciennes, en alternant les travaux de restauration et de création.

Cependant, ces travaux de rénovation ne satisfaisaient pas Mikel, qui sentait le besoin de liberté pour exprimer ses préoccupations et ses réflexions. Finalement, cette même année 1985, il pris deux décisions majeures qui conditionneront sa vie. Il s'installe en Euskal Herria et achète au numéro six de la rue Jules Ferry à Biarritz, l'ancienne cave à vin de la famille Bortayre. Lorsque Dalbret l'a acheté, il l'utilise d'abord comme garage. Par la suite il deviendra son repère, son nid de peintre.À partir de 1989, il étudie l'euskara (la langue basque) avec deux professeurs: Maddi Larraburu d'Irisarri et Serge Betelu biarriztar. Ce dernier est le fils de Betti Betelu qui a fait un excellent travail pour relancer les danses de carnaval et de Lapurdi. Le renouveau du folklore basque aujourd'hui en Lapurdi lui est en grande partie dû.

Betti Betelu est décédé en 1991 et a été enterrée dans son village, à Arrangoitze. Mikel Dalbret y était. L'enterrement était un hommage à la personne décédée. Les jeunes, vêtus de casques, ont dansé à l'intérieur de l'église. Les vêtements des danseurs ont surpris Mikel. Vêtus de blanc, des fleurs dans les cheveux... tout cela lui a provoqué une grande émotion. Après avoir dansé l'Aurresku, ils ont joué de la txalaparta. En quittant l'église, le cercueil a été placé sur la place centrale de la ville et un haut-parleur, avec la voix du Betti récemment décédé, a commencé à dire les noms des sauts de danse. Serge a commencé à danser autour du cercueil, puis avec le reste de la famille et des amis. Cette expérience a convaincu Mikel Dalbret qu'il devrait désormais être un véritable euskaldun. Et il en a été ainsi, car depuis, il a appris la langue basque et a basé ses peintures sur l'identité basque.

Mikel Dalbret est fils du surréalisme et son travail a une grande charge symboliste. Il aime créer des séries ou des ensembles dans lesquels il utilise des codes cachés. Le titre est toujours en euskara, et les symboles, personnages ou caractéristiques de notre histoire et / ou folklore sont mis en valeur. Les sculpteurs Jorge Oteiza et Nestor Bazterretxea ont grandement influencé la direction de Dalbret. Le père Marzel Etxandi a expliqué l'importance du cercle dans l'imaginaire basque et a montré que c'est quelque chose qui vient de la préhistoire. Et c'est ce que l'on voit dans les œuvres de ce peintre, des ronds constants, mais aussi des formes carrées. Il y a l'influence du cubisme des sculpteurs basques.

L'évolution constante de Mikel le conduirent à Sara et dans le quartier d'Omordia, près de la place. Il y loua un grand local qui fut pendant des années sa maison et son atelier. De Sara à Zugarramurdi. Dans le quartier de Monte de Zugarramurdi, sur la route d'Etxalar, il a acheté une cabane et construit un nouvel atelier. Dans sa solitude, il peint des tableaux pendant de nombreuses années. Ce furent des années de grande prospérité. Il dû vendre la borde suite à des raisons de santé. De Zugarramurdi, il a déménagé à Ziburu et depuis 2008, il y a son atelier dans la maison Maite Zaitut.

(source: wikipedia)

Articles lié(s) à l'artiste

Mikel DALBRET en toute intimité

Mikel Dalbret répond aux questions d'Olatz Idoate journaliste à Gure Irratia. Il nous parle de l'exposition "intimiste", qu'il a installé au lieu d'art tTok, et de son histoire personnelle.

05 Mars 2021

Mikel
avatar

Mikel Dalbret

iF

Si iF (Yves Matxikote Jorajuria) s'exprime principalement par la peinture, il continue à pratiquer l'expéri­mentation des ­différents supports et techniques qu'il a acquis aux écoles des Beaux-Arts de Baiona et de Bordeaux. Au fond, il n'aime pas être classé dans une case ou limité à un style. Dans cette exploration c'est le sujet qui importe.

L'art d'iF est un art engagé. La société et la condition humaine sont sa source d'inspiration.

Il apporte les choses telles qu'il les vit, brutes, sans détours, et, comme pour aider à pénétrer dans son univers il aime les grands formats.

Quand il peint ou soude des corps, c'est nous qu'il peint et soude. Quand il modèle l'environnement et la ville il nous remet au centre de son œuvre et de sa réflexion.

Que sommes-nous? que faisons-nous? nous, notre société, nous qui dirigeons, nous qui subissons? Quelles conséquences a tout cela dans notre vie, dans notre chair et celles des autres?

Questions et réponses ­possibles sans fin, tout comme les moyens de représentation.

Arrak eta Garrak, Isilduak, Hirisilduak et celles à venir apparaissent comme des pièces d'un puzzle lié à ce questionnement…

Pour que les interrogations et les réflexions ne cessent.

Parce que les choses peuvent toujours être différentes.

MdA: M960502

avatar

iF

Contact


tTok - Joaniskobaita, Purguko kurutzeko plaza - 64480 Uztaritze (Lapurdi - EH)
+33 (0) 601 980 024 | +33 (0) 559 930 561